Acte de Refondation de la Maçonnerie traditionnelle

Après s’être rencontrées sur les chemins ouverts par la Providence, dans l’esprit des Constitutions d’Anderson qui appellent la Maçonnerie à devenir « le Centre d’Union et le moyen de nouer une véritable amitié parmi des personnes qui eussent dû demeurer perpétuellement éloignées », après avoir partagé des travaux maçonniques durant lesquels chacun a pu s’exprimer, après avoir constaté la parfaite identité des choix développés par les uns et les autres dans une même volonté de rendre à la Maçonnerie sa tradition à travers le libre cheminement initiatique de ceux qui frappent à la porte d’une Loge, les Fondateurs de la M.U.L.T. ont décidé le samedi 4 juillet 2015 à Malakoff d’adopter un Acte de Refondation. Ils ont ensuite invité toutes les Loges, Grandes Loges, Grands Orients, européens qui le souhaitent et qui poursuivent le même chemin, à se rapprocher pour apporter leur propre contribution, quelles que soient leur taille et la forme de leur structure. Ce chemin signifie le respect par les obédiences et les juridictions, des Loges et du cheminement propre à chaque Rite, qui constituent les seuls relais du contenu initiatique de notre tradition.
Ils ont aussi invité les juridictions de « Hauts Grades » de tout rite à se joindre à ce mouvement, dès lors qu’elles cherchent à contribuer au perfectionnement des connaissances de leurs membres, à un constant travail sur eux-mêmes d’humilité, à une meilleure approche d’un juste comportement dans chaque circonstance de la vie, et s’adressent à tout Frère ou toute Sœur d’honneur et de probité, quelles que soient ses croyances.

Fidèles à l’esprit de tous ceux qui se sont opposés aux guerres de religion, et ont choisi de respecter l’expression de toutes les sensibilités humaines, pour voir hommes et femmes de chaque pays et de toute culture s’enrichir de leurs différences et non se battre pour imposer leur propre choix, fidèles à la voie de l’humilité dans la quête individuelle, de la confiance dans la Providence et de la détermination dans le recours à une transgression positive, lorsque l’humain ou l’obédientiel prétend régir la pensée des autres et l’éclairer de ses sombres projets d’appropriation et de domination, les Loges et Chapitres maçonniques assemblés ont fait choix de se réunir dans les moyens permettant leur expression, leurs échanges et leur questionnement respectifs. Ils ont confirmé leur ouverture à tous ceux qui souhaitent se ressourcer mutuellement au cœur de leurs travaux, dans le respect des rites traditionnels et des usages propres à chacun, ainsi que dans leur choix de travaux en mixité, uniquement entre Frères ou encore entre Sœurs, dès lors que l’universalité constitue le sens de leur cheminement, et la spiritualité la voie recherchée par  leurs travaux.
Dès à présent sera ainsi communiqué à toutes les Loges, fédérations, obédiences, juridictions, françaises et européennes, une invitation à participer, dans le respect de l’histoire et du règlement propre à chacune, à cet Acte d’Union tourné vers la refondation d’une Maçonnerie Traditionnelle trop souvent maltraitée par l’oubli de ses principes ancestraux d’autonomie et de liberté, et par l’apparition de formes organisationnelles profanes, dépourvues de qualifications initiatiques.

Cet élan n’aspire pas à devenir une obédience supplémentaire et à reproduire les dérives actuelles ou du passé. Il existe pour affirmer que la Maçonnerie doit revenir à sa diversité et à sa générosité, pour apporter à chacun le goût de la réflexion personnelle, l’écoute fraternelle d’idées différentes qui sont susceptibles d’alimenter cette réflexion, la capacité de se révolter lorsque des diktats politiques veulent se substituer au libre cheminement individuel ou au respect de chaque rite dans sa tradition propre.

La Maçonnerie offrira ainsi, non plus l’image d’une société politique, d’un groupe de pression ou encore d’un tremplin social, mais la voie individuelle d’un enrichissement spirituel sécrétant autour de lui la paix et l’harmonie qu’il cherche à cultiver et à transmettre, dans la parfaite régularité avec l’esprit de ses premières Constitutions qui lui interdisent les discours politiques ou religieux, et la plénitude de sa modernité qui fait du service un devoir, non le chemin du pouvoir.

Ainsi sera rétablie la Régularité qui n’a jamais consisté à inscrire et imposer sa règle, mais à la rechercher et à en vivre l’esprit, en porteur de flambeau et éternel pèlerin. Comme
l’écrivait Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ».